Rachel Liu partage son expérience de l’entrepreneuriat et du burn out multiple

Entrepreneuse multi-récidiviste, Rachel Liu a fondé Human Tempo et propose des "césures" bien-être, notamment aux personnes qui souhaitent éviter ou se remettre d'un burn out.

Une Wanderfull Retrouvaille avec Rachel Liu, la fondatrice de Human Tempo

Aujourd’hui, filons en Bourgogne pour une Wanderfull Rencontre avec Rachel Liu, la fondatrice de Human Tempo !

J’ai rencontré Rachel il y a environ 15 ans, à l’époque où j’ai quitté le groupe Kering et les sirènes du CAC 40 (je travaillais alors à la Redoute en tant que chef de groupe marketing pour le marché Prêt à Porter Femme) pour prendre le premier gros tournant professionnel de ma vie !

C’était en 2008, je venais d’avoir 30 ans et commençais déjà à me poser les questions du sens et de l’impact écologique et humain de ce que nous produisons.

Une opportunité s’est alors présentée à moi (gratitude Marie d’avoir joué les entremetteuses), et j’ai décidé de rejoindre l’aventure de l’entrepreneuriat social, et plus particulièrement la marque franco-brésilienne Tudo Bom ? (ça veut dire “comment ça va ?” en portugais).

Au passage, j’ai accepté de réduire mon salaire par trois. À l’époque, j’ai eu la lucidité de me dire : si je ne le fais pas maintenant, ça sera certainement plus difficile de franchir le cap plus tard.

Ce n’est évidemment pas dans 10 ou 15 ans, quand j’aurai peut-être une famille à nourrir, un emprunt sur le dos et un salaire bien plus important qu’il sera plus aisé de faire le choix de l’entrepreneuriat social. Alors j’ai sauté le pas et ne l’ai jamais regretté.

Jérôme Schatzman, le fondateur incroyablement optimiste de Tudo Bom, avait en effet compris que l’industrie textile était une des plus polluantes au monde et décidé d’allier son amour du Brésil et de la planète dans ce projet, pour monter des filières de production de coton bio au Brésil – en collaboration avec les fondateurs de la marque de chaussures en coton bio Veja – et proposer des collections de vêtements colorés et faciles à vivre, bio et équitables.

Mais revenons à nos moutons, ou plus exactement à mon invitée Rachel !!! À la même époque, dotée des mêmes intentions que Jérôme, Rachel avait fondé Ideo Collection, une marque de prêt-à-porter essentiellement féminine, qui produisait également des collections en coton bio et les vendait à des revendeurs partout en Europe.

Précurseurs sur ce marché du vêtement bio et équitable en France, je dois avouer qu’ils avaient plus de succès que nous auprès des revendeurs, car nous avons mis un peu de temps à recruter notre designer d’enfer Zina, créer et marketer des collections dignes de ce nom :).

Mais la réalité, que ce soit pour Tudo Bom ou pour Ideo Collection, c’est qu’être précurseur sur son marché peut se révéler un terrain dangereux. Tu es leader certes, mais si tu es un peu trop en avance et / ou propose une offre pas assez pertinente, il est difficile de tirer ton épingle du jeu. Et dans les années 2010, les deux marques ont dû décider de fermer leurs portes, comme de nombreuses autres d’ailleurs dans ce secteur.

Rachel a alors traversé une période difficile, sur fond de liquidation judiciaire, burn out (pas identifié comme tel à l’époque), déménagement en province et grosse remise en question pro et perso.

Dans cette épisode, nous parlons avec Rachel de ce qui l’a amenée à créer Human Tempo, des lieux de séjour bien-être, pour une pause en profondeur. Des espaces de césure pour récupérer son énergie. Avec des séjours tout particulièrement adaptés pour éviter ou sortir du burnout.

Bonne pause ressourçante je l’espère !

Regarder en vidéo :

Écouter la version audio :

Ou écouter sur Spotify en cliquant sur le logo ci-dessous :

Burn out et épuisement professionnel comme mission de vie

Rachel évoque notamment la difficulté encore aujourd’hui à identifier l’épuisement professionnel et le burn out.

“Quand sur le coup, tu n’as pas pu être bien accompagné ou n’as pas souhaité gérer ce qui s’est passé, la plupart des gens ne mettent pas le mot “burn out”. C’est juste en revisitant leur histoire qu’ils se disent rétrospectivement, je m’aperçois que ce que j’ai vécu à ce moment là bas, c’est un burn out.”

Elle parle du temps que cela prend de se départir des symptômes physiques. Et de l’intérêt d’être accompagné.e pour ne pas replonger quelques années plus tard.

“Du jour au lendemain je n’avais plus aucune responsabilité. Et pourtant j’avais encore tous les symptômes du stress.”

Elle a été surprise du déni absolu face au sujet qu’elle a pu observer dans les équipes DRH des grandes entreprises qu’elle a rencontrées.

Les bonnes pratiques Human Tempo pour une reconversion et un changement de vie, notamment après un burn out

Jusqu’à avoir récupéré environ 50% de ton énergie, ce n’est pas le moment de te poser la question.

“Les gens qui arrivent chez Human Tempo en séjour “burn out” et ont un gros ras le bol, on leur dit que ce n’est pas le moment de changer de vie. Aujourd’hui, tu n’es pas en état, tu es trop crevé. Le peu d’énergie que tu as tu dois le consacrer à récupérer de ton burn out. Plus tu vas te poser de questions sur le sens et le futur, plus tu vas stresser et récupérer lentement”

Les signes qu’on a récupéré environ 50% de son énergie sont notamment :

  • avoir des émotions qui ne débordent pas
  • dormir bien au moins 1 soir sur 2
  • avoir assez d’énergie dans la journée pour avancer sur tes tâches nécessaires et avoir encore un peu d’énergie le soir à consacrer à autre chose.

Rachel conseille notamment à ceux qui le peuvent de retourner dans leur job en mi-temps thérapeutique (même si l’objectif est de quitter son job à terme) afin de boucler la boucle, d’évacuer la culpabilité et le sentiment d’impuissance et se prouver que ce n’est pas parce qu’on ne peux plus faire ce job mais qu’on a ENVIE de changer….

C’est aussi l’occasion de négocier une formation, un bilan de compétence…

La théorie U et les fondamentaux du changement selon Otto Scharmer

Pour ceux qui ne sont pas passés par la case burn out, Human Tempo s’appuie sur les étapes de la théorie U d’Otto Scharmer.

“Tu ne peux pas installer un vrai changement de vie en profondeur en y réfléchissant 20 minutes par jour ! Comme le dit Otto Scharmer il y a deux fondamentaux au changement : s’offrir un temps suspendu et le faire en petit groupe.”

Le changement c’est aussi accepter de lâcher l’ancien ! Ce n’est pas que chercher ou accueillir du nouveau, c’est faire de la place. Lâcher ce qu’on ne veut plus et oser accueillir ce qui vient.”

Oser, on appelle cela la présence à soi dans la théorie U d’Otto Scharmer

Plus prosaïquement, c’est oser se poser la question “qui suis-je et qu’est ce que je veux vraiment?”. Ce sont des questions qui font peur parce que souvent tu n’en sais rien. Et du coup, tu te dis, si je ne sais pas, alors ça veut dire que je ne sais pas qui je suis. Je ne sais pas ce que je veux. Et donc c’est beaucoup plus facile d’écouter ce que la société te propose d’être. Parce qu’il y a des réponses à tout ça qui sont toutes faites.

”Quand tu prends le temps d’oser te poser ces questions-là, tu t’offres la possibilité de faire le choix de vivre ta propre vie.”

Les fabuleux bienfaits de la marche en nature

”Le truc qui me ressource systématiquement et qui me rend toujours heureuse, c’est de marcher dans la nature.”

C’est à la fois très simple et très riche et de plus en plus d’études en montrent les bienfaits, notamment le documentaire d’ARTE “Les Fabuleux bienfaits de la marche”. La base de la base pour une bonne santé mentale c’est 20 minutes de marche par jour.”

Il ne faut pas confondre fatigue mentale et fatigue physique ! “Pour récupérer de la fatigue physique, mon autre rituel c’est de manger léger et me coucher à 20h avec extinction des feux à 21h pendant 2 ou 3 nuits d’affilée.”

Fidèle à son rêve d’enfance : devenir exploratrice !

À l’époque, cela voulait dire pour elle être aventurière en mode Indiana Jones. Mais finalement, Rachel est en fait aujourd’hui tout à fait fidèle à son rêve d’enfant, puisqu’elle explore la vie et sort des sentiers battus, explorer l’intérieur, les relations, l’entrepreneuriat et construire le chemin qui me ressemble.

Les ressources citées pendant notre entretien :

Partager cet article

Et si l’extra n’était pas (si) loin de ton ordinaire ? Ose créer la vie *extra*ordinaire qui te ressemble !

Picture of Raphaelle Gasse (aka WanderfullRaph)

Raphaelle Gasse (aka WanderfullRaph)

Au travers de contenus inspirants gratuits, de formations en ligne et de mentorings sur mesure, j’insuffle l’énergie du mouvement et l'audace des possibles aux personnes qui rêvent de se mettre en mouvement vers la vie *extra*ordinaire à laquelle ils aspirent.

En savoir plus sur moi

Une réponse

  1. Merci pour cet article dont je n’ai pas pu décrocher la lecture jusqu’à la fin. Très inspirant et parlant pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *