Virus du Voyage : une affaire de génétique ?

Wanderfull : c’est quoi ce nom de blog ?

Une petite explication de texte s’impose, spécialement à destination de mes amis et lecteurs peu anglophones… ou carrément anglophobes. Et puis, on ne peut pas en attendre moins d’un ex-khâgneuse que de faire un peu de version dans le texte 🙂

Alors voilà, je cherchais un nom pour ce blog et le mot « Wander » me trottait dans la tête depuis le début. Un jour le mot « Wanderfull » – totalement inventé, je précise – est arrivé jusqu’à mon petit cerveau et m’est apparu comme une évidence pour 3 raisons :

  • Parce que ça sonne comme « Wonderful » (« merveilleux » en anglais) et renvoie ainsi plein de belles ondes et d’énergies positives & optimistes, c’est carrément ce que j’aimerais faire au travers de ce blog ;
  • Parce que « Wander » veut dire « flâner, se promener, errer » et ici j’aimerais vous parler beaucoup de voyages et de rencontres faites au gré de mes vadrouilles, ici ou ailleurs ;
  • Parce que « Full » signifie « plein, rempli, qui déborde »… notamment d’énergies et d’envies… un peu comme moi, quoi ☺.

 

Le Wanderlust : le « virus du voyage »

Le « WANDERLUST » (cette fois, le terme n’est pas de mon invention) est un dérivé du mot « wander » bien connu de nos amis anglo-saxons.

Kézako ? Le Wanderlust (nom masculin) se définit comme un désir très fort, voire carrément un besoin irrépressible, de partir en vadrouille et explorer le monde.

Bon et bien voilà, on ne va pas tortiller du cul : le nom de ma « maladie » est ici clairement posée. J’en suis atteinte depuis plus de 20 ans et je préfère vous le dire tout de go : je n’ai toujours pas trouvé de remède pour la soigner (à part repartir)… et il ne semble pas que ça s’arrange en vieillissant. Pire, ça aurait même tendance à devenir de plus en plus grave, docteur.

Finalement, c’est comme toutes les addictions : plus tu es atteint, plus tu te soignes. Plus tu prends des fixes, plus tu es accro. Plus tu es accro, plus tu dois augmenter les doses et en prendre régulièrement. A ma connaissance d’ailleurs, il n‘y a pas de « rehab » prévue à cet effet. Pourtant, quelques VIPs semblent également atteints de ce syndrome (pour ne pas nommer les Brandgelina). Je suis en train de me dire qu’il y a peut-être un bizz à monter, en fait ☺.

Partager cet article

Et si l’extra n’était pas (si) loin de ton ordinaire ? Ose créer la vie *extra*ordinaire qui te ressemble !

Picture of Raphaelle Gasse (aka WanderfullRaph)

Raphaelle Gasse (aka WanderfullRaph)

Au travers de contenus inspirants gratuits, de formations en ligne et de mentorings sur mesure, j’insuffle l’énergie du mouvement et l'audace des possibles aux personnes qui rêvent de se mettre en mouvement vers la vie *extra*ordinaire à laquelle ils aspirent.

En savoir plus sur moi

4 réponses

    1. Haha, merci Cloé. La maman qui stresse pour sa petite fille chérie qui part toujours se mettre dans des plans pas possibles à bab el oued… je connais. Puisse cet article aider ta maman à comprendre, effectivement ! Tu me raconteras ?

  1. Tout a fait génial, Raph,
    Ça fait un bail que tu m’as envoyé l’info sur ton blog, et…c’est aujourd’hui que je le découvre.
    Suis vraiment fier de toi et de tout ce que tu entreprends!
    Good luck,
    Parrraaaingggg

    1. Merci beaucoup Parrrainggg, j’espère que tu reviendras et que tu t’es inscris aux alertes pour recevoir les dernières nouvelles toutes chaudes quand elles sortent du four (j’ai qqs articles en préparation après un long silence… mais l’Internet en Zambie n’est pas la panacée…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *