Buffalo Camp et l’incontournable Mark Harvey: une virée dans le parc de North Luangwa

Buffalo Camp: les pionniers du parc de North Luangwa

Comme je le disais dans mon article dédié au Parc National de Luangwa Nord en Zambie, il y a très peu de logements dans ce parc national très reculé: trois en tout et pour tout. Les camps sont répartis le long de la rivière Mwaleshi et opèrent uniquement de juin à octobre puisque l’accès au parc est très restreint (voire impossible) durant la saison des pluies.

Zambie Buffalo Camp Vue Riviere Mwaleshi

Si vous cherchez des informations sur le parc de North Luangwa, vous entendrez probablement parler du plus vieux et du plus accessible d’entre eux: Buffalo Camp. Opéré par Shiwa Safaris, une affaire familiale commencée en 1980 par John et Lorna Harvey, c’est aujourd’hui leur fils Mark et sa femme Mell qui gèrent le camp ainsi que Kapishya Hot Springs, situé à quelques heures de là dans un cadre nettement plus verdoyant et bucolique.

 

Buffalo Camp: petite histoire du camp

Tout a commencé en 1979 lors d’un voyage du major John Harvey avec son jeune fils Mark dans la vallée de Luangwa. A cette époque, environ 1 000 éléphants étaient tués par des braconniers chaque année dans le parc de North Luangwa et en seulement 17 kilomètres, ils tombent sur la carcasse de 34 éléphants tous dépourvus de leurs cornes.

Elephant Zambie

Ranger spécialisé dans la prévention des conflits animaux / humains, grand amateur de chasse et horrifié par ce qu’il avait vu lors de ce voyage, John prend sur lui d’organiser à ses frais des patrouilles anti-braconnage qui intègrent pour partie d’anciens braconniers. Auto-financée, cette unité – gentiment baptisée “Johnny’s army” par les villageois du coin – remporte un certain succès mais se retrouve rapidement à court d’argent. 

En 1980, les autorités du parc lui permettent d’établir son premier camp – Buffalo Camp – dans le parc de North Luangwa, pour le remercier de ses efforts et lui permettre de se renflouer financièrement. En 1986, Mark et Delia Owens – un couple de zoologistes américains – installent leur propre camp non loin de là et commencent à transformer la région en profondeur grâce à des soutiens financiers importants et de nombreuses relations. L’une d’entre elles est la Société des Zoos de Francfort, qui s’est engagée à perpétuer l’effort des Owens à leur départ en 1996 et continue de le faire aujourd’hui. A coup de millions investis chaque année, ils maintiennent une zone où les rhinos noirs – réintroduits depuis le fin du 20ème siècle – circulent librement sous très haute protection. 

En 1992, le père et la mère de Mark sont assassinés, probablement du fait de leurs activités anti-braconnage – même si cela n’a jamais pu être totalement prouvé. Depuis, Mark Harvey a repris une partie du flambeau familial qu’il tient clairement à bout de bras. Il transhume entre son lodge merveilleusement relax à Kapishya Hot Springs – l’ancien cottage familial de week-end – et son Buffalo Camp nature et sauvage à North Luangwa! Son frère a pour sa part repris la propriété familiale de Shiwa Ngandu à deux pas de Kapishya, où l’on peut également séjourner. 

 

Buffalo Camp: le luxe ultime de l’isolement

Situé dans la partie sud du parc de Luangwa Nord (vous suivez ou bien ?) où se trouve le sanctuaire ultra protégé des rhinos noirs, le camp bénéficie d’une vue imprenable sur la rivière Mwaleshi et surtout d’une vie animale extraordinaire.

Zambie Buffalo Camp 4

Zambie Buffalo Camp

Zambie Buffalo Camp Vue Elephatns

En moyenne, on compte un visiteur par 500 kms carré… on peut dire que votre chance de croiser d’autres touristes est donc très, très limitée, et ça c’est déjà un luxe inouï! Ca tombe bien, car le luxe il ne faut pas s’attendre à le trouver à Buffalo Camp. Le camp est simple et rustique, mais a néanmoins tout ce qu’il faut de confort minimum (y compris de l’eau chaude pour le bain du petit prince).

Sept chalets donnant sur la rivière sont montés et démontés chaque année à partir de matériaux locaux, avec une SDB attenante à ciel ouvert. Vous dormirez bercés par les sons merveilleux de la savane, où hippos, hyènes et lions se feront un plaisir de vous constituer une bande son sur mesure.

Buffalo Camp Chalet intérieur

Zambie Parc National North Luangwa Buffalo Camp 33

Zambie Buffalo Camp Depart

 

Le bar est bien rempli (on peut dire sans avoir peur d’être accusés de diffamation que Mark Harvey aime bien taquiner la bouteille) et la bush-cuisine fait des merveilles pour sustenter les clients qui peuvent se la couler douce en prenant l’apéro dans la rivière.

La cuisine peut d’ailleurs être utilisée par les clients qui n’ont pas opté pour la formule tout compris. Car outre son emplacement incomparable, le camp présente en effet deux avantages: celui d’être ouvert aux self drives (ceux qui conduisent leur propre véhicule et organisent leur voyage en indépendants) et aux familles avec enfants de tous âges, rareté dans des endroits où il y a autant de prédateurs.

Zambie Buffalo Camp - Vue du lounge

Zambie Parc National North Luangwa Buffalo Camp-Apéro pieds dans l'eau

Pour un séjour plus haut de gamme ou moins haut en couleurs, je vous encourage plutôt à vous adresser à Remote Africa qui gère Mwaleshi Camp.

Mark Harvey: la figure incontournable de Buffalo Camp et Kapishya Hot Springs

J’ai bêtement oublié de faire un vrai portrait photo de lui, mais que vous alliez à Kapishya Hot Springs ou Buffalo Camp, je ne peux que vous souhaiter de croiser la figure incontournable de Mark Harvey! Vous le verrez forcément dans l’un ou l’autre et croyez-moi, s’il est là vous ne pourrez pas le rater et il vous sera difficile de l’oublier…

Présence volcanique, langage fleuri et colères légendaires contre ses employés (et parfois aussi ses clients de ce que j’ai cru comprendre), il devrait être ajouté à la liste des espèces en voie de disparition. Clairement pas politically correct pour un sou! Mais avec son énergie incroyable et un coeur qu’on sent gros comme ça, on ne peut que le trouver attachant.

Dans un camp comme dans l’autre, il préside chaque soir de grandes tablées avec ses clients et vous garantira de ne pas tomber de fatigue le nez dans votre soupe… qui est d’ailleurs excellente car Mark n’hésite pas à enfiler le tablier de cuisine et faire la popote pour 30 personnes si besoin quand son chef lui claque dans les doigts (après une des sus-nommées colère légendaire).

 

Mark Harvey: l’improbable héritier de Lord Gore Browne

Outre ses talents culinaires, vous pourrez passer des heures à l’écouter raconter ses histoires de famille. Plus hallucinantes les unes que les autres, elles n’ont en effet d’égale que sa verve extraordinaire pour les raconter. Mark est issu d’une famille assez mythique en Zambie car son grand-père – Lord Stewart Gore-Browne – a érigé au début du XXième siècle leur propriété familiale au milieu de nulle part, contre vents et marées. Probablement l’un des rêves les plus fous du pays, sa propriété de Shiwa Ngandu est l’objet du livre The Africa House. De manière incroyable, Shiwa existe toujours aujourd’hui après avoir été laissée à l’abandon et menacée de disparaître.

Et de manière encore plus incroyable, Mark est l’héritier de ce lord anglais qui imposait belles manières et gants blancs à son personnel. Fièrement zambien et “bush man”, Mark tire son premier coup de fusil à l’âge de six ans et son premier buffle à huit. Son père lui enseigne qu’il ne faut chasser que pour manger et le force par conséquent a déguster sa première victime: un corbeau dont il dit se souvenir encore du goût infect. Il a aujourd’hui 60 ans révolus et organise des safaris à pied depuis plus de trente ans, à Buffalo Camp mais aussi dans de nombreux coins reculés de la Zambie. En 1993, il a notamment été le premier à retracer le parcours du Dr David Livingstone suivant le cours de la rivière Chambeshi.

Mark Harvey Walking Safari

Si vous voulez en savoir davantage sur Mark et sa famille, je prépare un article sur Shiwa Ngandu et Lord Gore-Browne (j’ai pas non plus promis une bio hein, pour ça je vous encourage à lire plutôt le livre). Alors « Stay tuned for the next episode », comme on dit chez HBO.

   

INFOS PRATIQUES SUR LE PARC DE LUANGWA NORD:

Comment se rendre dans le Parc National de North Luangwa ?

Le parc n’est facilement accessible que de juin à fin octobre, via un petit avion (opéré par Remote Africa) ou par la route.

Depuis Kapishya Hot Springs, compter environ 5 heures pour faire les 160 kms qui vous mèneront jusqu’a Buffalo Camp (plutôt 4 heures si vous partez de Shiwa Ngandu ou Mpika).

Depuis le Parc National de South Luangwa, compter 8-9 heures minimum quand la route est bonne. Mais je vous recommande vivement de couper le trajet en vous arrêtant dans le Parc National de Luambe et de séjourner une nuit – ou mieux: plusieurs – à Luambe Camp.

Où loger dans le Parc National de North Luangwa ?

Le nord du parc permet aux personnes qui ont leur propre véhicule de circuler assez librement et offre des possibilités de passer la nuit dans des campings près de la piste principale (Natwanga Community Camp Site, Chikolongo Camp Site etc), pourvu que vous ayez apporté tout ce qu’il faut pour cela.

Dans la zone protégée (le sud du parc), il faut avoir réservé préalablement chez l’un des 3 opérateurs répartis autour de la rivière Mwaleshi. Nous avons séjourné à Buffalo Camp, le premier camp historique de North Luangwa et le plus abordable. Simple et relativement spartiate,

 

Comment organiser un voyage en Zambie ?

En solo, en couple ou en famille, vous rêvez de découvrir la Zambie (et ses voisins potentiellement) mais ne savez pas par où commencer ? Ou alors vous souhaitez tout particulièrement organiser un périple dans le Nord de la Zambie ? Je vis en Zambie et peux vous aider à organiser un séjour aux petits oignons et/ou vous mettre en contact avec les bonnes personnes pour le faire.

L’aventure commence peut-être ici même: il suffit de m’envoyer un petit bristol électronique pour me parler de vos envies. Pour cela, rien de plus simple: cliquez ici.

N'hésite pas à laisser un commentaire (surtout s'il est sympa), donner ton avis, partager tes infos etc