La Zambie c’est (presque) parti

Zambie lac Kariba

Je suis surexcitée ! Et tenais donc à partager avec vous mon prochain projet, qui me réjouit fortement moultement biiiiigrement : départ pour la Zambie le 5 juillet, munie d’un billet aller simple ! Pour tourner un petit film bénévolement et pratiquer enfin concrètement tout ce que j’apprends depuis un an en cours du soir une à deux fois par semaine : écriture de film documentaire, tournage, montage vidéo….

T’es mignonne chérie, mais c’est où la Zambie ?

Depuis 10 jours que j’en parle à droite à gauche à ceux que je croise, la même remarque revient inlassablement : « Génial ! Mais au fait, Raph… c’est où la Zambie ? Comment fais-tu pour toujours nous sortir des endroits improbables qu’on ne sait même pas situer sur une carte (et c’est précisément à ce moment-là qu’on me ressort par exemple le Ladakh, les Tuamotus, la Sulawesi et j’en passe…)? »

Je ne vais pas vous mentir, jusqu’à il y a peu de temps, je n’étais pas très sûre moi-même de placer correctement la Zambie sur une carte du continent africain. Pour éviter de faire durer ce faux suspens plus longtemps, voici donc une petite carte pour vous aider à vous y retrouver :

Carte Zambie

Alors comme ça, tu pars danser la zumba au bord du Zambèze ?

Maintenant que vous êtes rassurés et surtout plus cultivés, je vous vois venir avec vos gros sabots : voilà encore notre Raph en plein délire, elle part danser la zumba en Zambie au bord du fleuve Zambèze (et tous les jeux de mots foireux qui vont avec, merci Thierry, il se reconnaîtra).

Que nenni !!! Je ne pars pas là-bas pour apprendre à shaker mon body comme Beyoncé, ni même faire du tourisme ou des gros câlinous à des bébés lions (du moins, pas au début). Je pars tourner un petit film au profit d’une association anglo-saxonne qui travaille sur place de manière très entrepreneuriale autour des problématiques liées à l’éducation. L’association est présente dans une zone rurale reculée à 6 heures de route de Livingstone ainsi que dans un quartier difficile de Lusaka (la capitale). C’est dans la zone rurale près du lac Kariba que je serai basée, avec les fondatrices de l’organisation qui vivent sur place (deux anglaises d’une trentaine d’années).

Ma mission est donc d’écrire, tourner et monter une vidéo de plusieurs minutes qui mette en perspective les problématiques liées à l’éducation dans le pays & la région ainsi que la manière dont elles y répondent. Elles se serviront de ce film pour présenter l’association et lever des fonds pour soutenir leur fonctionnement. En bref, une sorte de mix entre documentaire et film institutionnel.

Logo School Club Zambia

Leur projet est développé dans un super état d’esprit, très entrepreneurial comme je les aime (pas du tout de l’assistanat ou de la charité mal ordonnée). Et à l’issue des 2 heures de conversation qu’on a eu sur Skype il y a quelques semaines, il n’y avait aucun doute pour moi (ni pour elles visiblement) qu’il fallait que j’y aille. Et pas parce que j’entendais le bruit des oiseaux et des singes en fond sonore et que je m’y voyais déjà… Mais parce que la manière dont elles travaillent me rappelle beaucoup la manière dont nous travaillions chez Tudo Bom : ne pas mettre les gens sous perfusion mais plutôt leur donner les moyens de devenir entrepreneurs et moteurs de leur propre autonomie.

Je suis ABSOLUMENT enchantée, car je souhaitais partir pour un nouveau voyage au long cours, tout en me professionnalisant dans les métiers auxquels je me forme depuis le début de l’année (reportage photo, écriture de vidéo documentaire & bases du tournage, montage vidéo….). Il s’agit donc pour moi d’une super opportunité de :

  • mettre en pratique tout cela concrètement (sur tous les aspects de la vidéo & montage),
  • tout en étant utile à une petite association qui a besoin de se rendre visible,
  • en vivant en immersion totale dans un pays et une culture fascinants,
  • et aussi je l’avoue de renouer avec l’Afrique noire. J’ai habité 6 ans au Nigeria quand j’étais petite, mais ne suis jamais vraiment retournée depuis en Afrique subsaharienne. A l’exception de deux longs voyages à Madagascar, qui chacun m’ont bouleversé. Je sens qu’après 10 ans à fricoter avec tous les recoins d’Asie du Sud-Est et 6 ans avec l’Amérique du Sud, il est temps pour moi de revenir à la source.

Victorias Falls

Comment je me suis retrouvée embarquée dans cette histoire ?

Bon allez, je vous le livre mon petit secret / péché mignon 2015. Depuis le début de l’année, je suis inscrite à un super site (en anglais) qui s’appelle Escape the City. Si je devais résumer, c’est une sorte de Monster… sauf qu’ils ne proposent que des jobs excitants, que l’on peut trier selon 4 critères principaux :

 
 
 
 
 A votre avis, c’est lequel de ces critères que bibi regarde principalement ??? Pas très dur de deviner ! C’est évidemment dans la rubrique « Exotic Location » que je me retrouve à rêver de devenir directrice marketing d’un business à Bali ou de développer une chaîne de radio en Ethiopie. Autant dire que leur newsletter hebdomadaire est pour moi une petite évasion chaque semaine, une piqure de rappel qu’il y a plein de choses qui se passent partout dans le monde, qu’il suffit d’aller cueillir les opportunités (bien sûr, de nombreuses offres à l’étranger sont des propositions de volontariat, mais il y a aussi de vraies offres de boulot).

C’est ainsi qu’en avril je me suis retrouvée à postuler pour un job de photographe à Bornéo… avant de me dire que finalement la Tanzanie ce serait top, où l’organisation avait aussi une activité. J’ai passé des journées entières à trier et pondre des books photos, pour finalement ne pas être retenue, car ceux qui prenaient la décision finale étaient plus avancés avec une autre personne dans le processus de sélection.

Gross déception évidemment, j’étais à fond les ballons et m’y projetais déjà… Mais au fond, je sentais que c’était une bonne chose. Qu’il y avait probablement une bonne raison pour laquelle ça se passait ainsi. Et PAF, le jour-même, je reçois la newsletter Escape the City et vois que « School Club Zambia is looking for a Film-Maker ». Youhouuuuuu ! Je me suis dit que c’était EVIDEMMENT un signe et que c’était parfait pour moi, car j’ai beaucoup plus envie de pratiquer la vidéo qui m’attire énormément. J’ai répondu immédiatement à l’asso, en précisant bien que j’étais incapable de leur montrer quelque film que ce soit que j’aurais réalisé et monté, puisque je n’avais jusqu’ici fait qu’un petit tournage dans le cadre de ma formation et jamais rien monté. Mais que j’étais super motivée et n’avais aucun doute sur le fait que je saurai le faire (quitte à y passer trois fois le temps normal). Je leur ai aussi envoyé des photos pour leur montrer ma patte et ma manière de rencontrer les gens et interagir avec eux en voyage… et bim, c’était le « match »‘ parfait. D’autant qu’elles ne cherchaient pas à recruter Scorsese (ça tombe bien), mais plutôt quelqu’un capable de comprendre et traduire la nature entrepreneuriale de leur activité ! Bref, une vraie love story qui commence 🙂

 

Pour résumer : RDV ici même à partir du 6 juillet pour des nouvelles en direct live depuis le lac Kariba où les zébus et parfois les éléphants passent pour s’abreuver, où les enfants traversent en pirogue pour aller à l’école, et d’où surtout j’espère pouvoir vous raconter de très belles histoires d’hommes et de femmes (et peut-être aussi d’animaux, hein).

J’y resterai au moins 3 semaines… et puis pour la suite et le retour, on verra plus tard « quand est-ce prévu pour » et par où exactement, puisque je n’ai pas de billet retour. En attendant, place à l’improvisation la plus totale. J’adoooooooore. Un de mes délires par exemple serait de vous proposer un « Z trip » qui incluerait tous les pays frontaliers qui ont un Z dans leur nom : Zambie, Tanzanie, Zanzibar, Zimbabwe, Mozambique. Ou au contraire d’aller au Kenya vous faire rencontrer mon copain JG le serial entrepreneur qui a tellement de choses à nous raconter et nous apprendre en matière d’oser vivre sa vie, oser l’entrepreneuriat, et ne jamais reculer devant ses idées, aussi saugrenues parfois puissent-elles paraître. Autre option, qui sait? Je trouve une boîte de prod en Afrique du Sud qui veut bien me faire travailler sur une ou plusieurs missions… ou je propose de faire des photos à différentes associations ou parcs naturels ou hôtels qui en auraient besoin au fil du voyage.

Bref, beaucoup de possibilités. Si vous avez des recommandations ou des gens que vous connaissez que je pourrais rencontrer dans les pays près de la Zambie (notamment au Mozambique, au Malawi et en Tanzanie), n’hésitez pas à balancer des infos en commentaires !!! Surtout s’il y a des opportunités de missions à la clé.

Improvisation

7 commentaires

N'hésite pas à laisser un commentaire (surtout s'il est sympa), donner ton avis, partager tes infos etc